jardins partagés


NATURE EN VILLE, JARDINS PARTAGÉS by jardins
juin 25, 2006, 9:14
Filed under: • Réflexions

Les jardins partagés

Jardins urbains de mixité sociale, de convivialité et de retour à la terre.
Par Clément Cohen, membre de 4D

hours21 Il est particulièrement réjouissant de constater qu’aujourd’hui le mouvement des jardins partagés (lien vers le lexique)abat des barrières. En effet, il ne faut pas oublié que le terme « jardin » vient d’un vieux mot français qui signifie clôture (gart). Longtemps, la séparation du jardin des autres espaces et aménagements de la cité a été la règle et le fait du prince (Versailles,…), du clergé (cloître,…), de la noblesse puis de la bourgeoisie. L’urbanisation intense et l’émigration des ruraux vers la ville ont supprimé la possibilité pour tous ceux qui, d’origine rurale apportaient un peu de terre dans leurs souliers, de bénéficier dans la ville des produits et des agréments de la nature.
Le mouvement des jardins ouvriers puis familiaux (lien vers le lexique) a redonné aux classes populaires la possibilité de cultiver une parcelle, plus ou moins loin de leur foyer, mais presque toujours plutôt en ville ou à proximité. Mais il n’est pas fait injure aux jardins familiaux en disant que, malgré les puissants échanges entre les jardiniers, les jardins familiaux ont toujours correspondu, fondamentalement, à une philosophie où chaque famille a sa parcelle. Ce sont des familles et, surtout, jusqu’à un passé récent, des chefs de famille qui cultivent. On note en outre que le mouvement des jardins ouvriers/familiaux a légèrement précédé l’urbanisme des cités-jardins (ouvrières). Le jardin familial relève ainsi d’une sorte d’octroi des urbanistes (et du patronat) ; il s’intègre à la cité parce qu’il est une acceptation de l’urbanisation et de la ville.

Au contraire, les jardins partagés (comme d’ailleurs les jardins d’insertion de Cocagne) (lien vers le lexique)correspondent à une volonté de remise en question, voire de rupture, face au développement de l’urbanisation et des pratiques citadines (celles des habitants comme celles des professionnels qui font la ville). Et d’abord face à une tentative de faire une ville « contre » les acteurs et les tendances naturelles de la promotion immobilière. Les jardins partagés, parce qu’ils portent les valeurs de la proximité et de la solidarité, du lien intime avec le voisin et le vivant végétal, le respect de l’autre et de l’environnement contribuent à l’instauration de nouvelles relations entre les jardiniers, les politiques et les professionnels, entre l’individu et le monde associatif et entre celui-ci et les institutions de la cité.

Bien entendu, les jardins partagés sont divers parce que les habitants, les quartiers, les villes, les besoins et les opportunités de création des jardins sont divers.

hours05 Les jardins partagés sont aussi à la recherche de progrès et de qualité dans leur intervention. En France, cela est possible grâce au travail en réseau, et à l’aide qu’il apporte aux porteurs de projets ou de jardins déjà installés : aide méthodologique, conseils techniques, manières de faire écologiques, diffusion d’informations diverses, actions auprès des décideurs,… Ce réseau est dénommé : Le « Jardin dans tous ses états ».
Partage, diversité et démarche de progrès, cela semble bien ancrer solidement les jardins partagés dans le développement durable. C’est en effet l’articulation entre le monde du vivant, les solidarités, la convivialité et l’éthique du partage équitable, et la dimension économique (de la filière du jardinage, en passant par les coûts directs et indirects que représente le « » d’un jardin partagé) qui fait que la pratique de ces jardins participe à la fois de l’intervention du local et d’une volonté plus globale.

A titre d’exemple de l’ouverture des pratiques en question, on citera le cas de l’association du quartier Saint-Bernard (AQSB) à Paris 11ème, dont l’action globale sur le quartier : aide aux devoirs, vide-grenier ou fête de quartier, lutte pour le relogement local des familles défavorisées (beaucoup étant africaines), gestion d’un jardin partagé, à l’angle de la rue Trousseau et de la rue Charles Delescluze, permet assez largement de mêler les gens, les cultures, les âges,. (la fameuse mixité sociale).

Enfin, il n’est pas impossible, qu’à la suite de la proposition de loi de Christian Cointat, adoptée au Sénat (octobre 2003) après un débat consensuel, ce mouvement (et en même temps celui des jardins familiaux, jardins d’insertion,.) reçoive une base et une meilleure protection juridique. L’article premier de la proposition de loi insiste sur la gestion collective ou participative des jardins partagés, sur leur large ouverture au public et sur leurs activités socioculturelles.

Documents téléchargeables

Présentation de deux initiatives de jardins partagés : les jardins de Cocagne et les jardins du Clain
(PDF, 55.2 ko)

Cultivons la ville — Des gestes plus grands que la panse, dossier 6, 2001.
accessible en ligne :
http://www.santepub-mtl.qc.ca

L’agriculture urbaine comme composante du développement humain durable : Brésil, France Russie — Cahiers Agricultures vol.14, n°1, janv-fév. 2005
Accessible en ligne :
http://www.ivry.inra.fr

Le potentiel des jardins communautaires pour le développement des collectivités locales : éléments pour l’analyse de l’intervention au Mexique et au Québec — Manon Boulianne, 1998
accessible en ligne :
http://www.uqo.ca

Les jardins partagés, un plus pour la collectivité. – CAUE de Haute Savoie, 2004
accessible en ligne :
http://www.caue74.fr

Les jardins familiaux d’Ile de France, réalités et perspectives Note rapide sur l’environnement, n°22, 1999 – IAURIF
Accessible en ligne :
http://www.iaurif.org

Guide des jardins familiaux de Strasbourg
Accessible en ligne :
http://www.strasbourg.fr

Jardinage et développement social : du bon usage du jardinage comme outil d’insertion sociale et de prévention de l’exclusion. Les jardins d’aujourd’hui ; MLSD, programme d’auto production et de développement social, 1999. – 85 p.
Accessible en ligne :
pro.nordnet.fr

8 bonnes raisons de privilégier les jardins dans l’action publique. Le jardin dans tous ses états. – 16 p.
Accessible en ligne :
pro.nordnet.fr

Le jardin des possibles. Ed. du Réseau Ecole et Nature
Accessible en ligne :
jardinons.com

Jardins citoyens. Communauté urbaine de Lyon – CAUE du Rhône – Le passe jardin
Accessible en ligne :
http://www.grandlyon.com

Site Internet utiles

La mairie de Paris — Cette page Internet de la mairie de Paris propose concours, animation, visite et découverte de la nature en ville, à Paris.
paris.fr

Les jardins de Cocagne — Ce site présente les objectifs et la philosophie du Réseau de Cocagne et explique où et comment se procurer des produits cultivés solidaires et biologiques, fruit du travail de chaque jardinier de Cocagne.
http://www.reseaucocagne.asso.fr

Le jardin dans tous ses états — Ce site est une plate forme d’échanges entre des porteurs de projets de « jardins partagés » et leurs partenaires associatifs, politiques et institutionnels. Il propose en ligne une large documentation, ainsi que recueils d’expériences et des contacts utiles.
http://www.jardinons.com

Le réseau éco-consommation — Ce réseau Belge propose en ligne de nombreuses fiches pratiques pour aider à jardiner tout en respectant le milieu naturel.
http://www.ecoconso.be

Terre vivante — Cette association a récemment ouvert au public un centre écologique permettant de découvrir comment mettre en pratique l’écologie au quotidien, notamment en matière de jardinage. Terre vivante édite également de nombreux ouvrages sur le sujet ainsi qu’une revue : « 4 saisons du jardinage ».
http://www.terrevivante.org

Ouvrages de référence

L’environnement au jardin : guide des bonnes pratiques pour le respect de l’environnement dans les activités de jardinage
Ce guide pratique publié par le Ministère wallon de l’environnement diffuse informations, trucs et astuces pour jardiner tout en préservant l’environnement. Ce guide est disponible en format PDF sur le site :
environnement.wallonie.be

Le Guide du jardinage biologique
Jean-Paul Thorez. – Edition Terre vivante, 320 pages. – 300 dessins et tableaux, 15,09 €
Ce guide pratique et largement illustré donne toutes les techniques pour créer et entretenir un jardin biologique (plantation, taille…)

Les jardins ouvriers : l’art et la manière
Eric Prédine. – Edition La Maison rustique, 1998, 143 pages
A travers une série de photographies, ce livre nous emmène à la découverte de jardins ouvriers où l’on ne se contente pas de produire fruits et légumes, mais où les jardiniers font preuve d’une imagination et d’un art de vivre certain, pour créer en zone urbaine des recoins de nature luxuriante et pittoresque. Ce livre met également l’accent sur les techniques astucieuses de semis, les méthodes économiques de fertilisation ou d’arrosage.

Le jardin planetaire : réconcilier l’homme et la nature.
Gilles Clément. – Albin Michel, 1999. – 128 p. – ISBN 2-226-11152-2

Agîr pour la nature en ville : 25 Actions à mener dans son quartier : 25 actions à mener dans son quartier…
Ed. Federation Des Clubs Cpn (Collection Connaitre Et Proteger La Nature), 2004.


Laisser un commentaire so far
Laisser un commentaire



Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s