jardins partagés


Un 35ème jardins partagés dans Paris by Pierre-Emmanuel Weck
décembre 14, 2006, 1:05
Filed under: • Annonces

Ce matin, les clés du 35e ont été remises à l’association « Le Lapin Ouvrier », dans la ZAC Didot (14e arr.), c’est l’occasion de faire un point sur ces nouveaux espaces.

Il s’agit d’un jardin de proximité animé par un collectif d’habitants qui désirent se retrouver dans un lieu convivial pour jardiner. C’est lieux doivent être ouverts sur le quartier pour favoriser les rencontres entre les générations et les cultures. Ils permettent de tisser des relations entre les différents lieux de vie de l’arrondissement : écoles, maisons de retraite, hôpitaux…

Là encore, ces jardins répondent à un des objectifs du programme des Verts en 2001 qui n’avait pas été repris dans le contrat de mandature. Trois ans après la création du programme municipal de jardins partagés (Paris est la première ville à s’être engagée dans cette voie), le bilan est incontestablement positif. On a assisté à une véritable poussée de ces jardins qui se poursuit puisque trente autres sont en projet. Vous pouvez retrouver la brochure de présentation du programme sur jardin.paris.fr

En 2007, des jardins partagés germeront notamment dans la cité Prost (11e), dans le square Péguy (12e), dans le jardin Tage-Industrie (13e), rue de Coulmiers, rue Vercingétorix (14e), dans les jardins d’Eole (18e), sur les terrains de l’ancien hôpital Herold, rue Petit (19e) ou encore dans l’extension du square Casque d’Or (20e). Il y a même des projets dans les 8e et 16e arrondissements.

Ces nouveaux lieux permettent à une forme de convivialité et de solidarité de s’épanouir. L’innovation sociale et l’expérimentation environnementale sont également encouragées par la charte Main Verte, qui précise les engagements respectifs de la Ville et des associations : elle prévoit la mise à disposition du terrain à titre gratuit, l’installation d’une arrivée d’eau et l’apport de terre végétale. Gratuité arracher aux partenaires financiers du PS qui trouvaient normal de faire payer les associations.
En contrepartie, l’association qui se voit confier une parcelle s’engage à l’ouvrir au public, à adopter des méthodes culturales respectueuses de l’environnement (pas de pesticides ni d’engrais chimiques, comme dans les jardins publics) et à s’acquitter de la facture d’eau. L’adhésion au réseau parisien des jardins partagés permet aussi de bénéficier des conseils (horticoles et méthodologiques) de la cellule Main Verte, créée en 2003 au sein de la direction des Parcs et Jardins.

Ainsi, on peut dans un jardin partagé composter ses déchets organiques, expérimenter le jardinage biologique, apprendre à récolter et à conserver des graines. On y récupère souvent l’eau de pluie, on y pose des nichoirs pour les oiseaux et on peut observer la faune et la flore aquatique dans une mare. Les enfants des écoles, des personnes handicapées, des étrangers, des passionnés de jardinage se retrouvent autour d’un carré de culture, d’un concert ou tout simplement d’une soupe.

Nous pouvons collectivement être fiers de la mise en œuvre de cette politique publique. Cela n’a pas toujours été facile, pour des raisons de rareté du foncier, de pollution des sols, ou tout simplement d’opposition de certains élus, qu’il a fallu convaincre de la nécessité d’écouter la demande des habitants… Une forte mobilisation des éluEs vertEs d’arrondissement a souvent été déterminante au succès de ces projets. Grâce au programme Main Verte, les jardins partagés sont reconnus comme des acteurs à part entière de la vie de la cité.


2 commentaires so far
Laisser un commentaire

1/ Des jardins vont aussi disparaître, par exemple Charmante petite campagne urbaine (seulement 800m2!).
2/ Une fois de plus je constate que l’écologie est une chose trop sérieuse pour être confiée à des écologistes.
Qu’est-ce que c’est que cette manière pour les Verts (dont je partage pas mal d’idées) de s’attribuer tout le mérite ou presque de l’existence des jardins partagés ? Comme on a appris qu’on leur doit l’aménagement de l’avenue Jean Jaurès, comme ils se permettent de convoquer dans un forum environnement du XIXème les associations du quartier pour donner la conclusion aux élus verts. On a connu LE parti de la classe ouvrière, on a connu les petits profs rouges. Je dis personnellement non aux ayatollahs verts.Les jardins sont à tout le monde.

Commentaire par jpplejardinier

On peut aimer ou détester un Verts ou tous les Verts, leurs manières de faire mais sans la volonté politique de leurs élus, les jardins partagés n’auraient jamais existé sous leur forme actuelle.

Certainement pas avec les communistes qui veulent les raser pour y mettre des logements sociaux, ni avec les socialistes qui n’aiment pas trop ces espaces de totale liberté autogérée.

Maintenant, il faut surtout continuer à en créer de nouveaux et conforter ceux qui existent. On voit bien que dans le 20ème, le jardin solidaire qui a disparu au profit d’un équipement sportif (soutenu par les Verts locaux) aurait dû rester. Que, même Verts, certains élus ne sont pas sortis de la politique traditionnelles où il est plus important de laisser sa trace dans le béton que dans le bonheur des gens.

Commentaire par PeWeck




Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s